Epilogue sur notre modeste travail 
concernant l'Egypte Antique

 

 

Sans vouloir rien prendre, ni enlever à aucun auteur qui ont déjà abordé ce grand domaine de l'ancienne civilisation égyptienne, nous considérons que l'Egypte est en réalité notre patrimoine universel nous concernant TOUS : les plus riches comme les plus pauvres.

Car l'Egypte est, nous le soutenons, " Précurseur et le complément de la Bible " et non un domaine réservé à quelques érudits. Notre travail consiste donc d'abord à donner quelques notions à Monsieur ou Madame tout le monde pour qu'ils comprennent mieux le langage des pierres construites par un peuple entièrement orienté sur le divin.

Nous ne voulons rien enlever non plus au peuple hébreu qui par les chemins hasardeux de la Providence a inspiré à travers sa diaspora (les dispersés) un grand travail en Extrême-Orient pour orienter les peuples vers une prise de conscience au Dieu Universel.

Un jour la présence du ciel et des étoiles ont donné un poids déterminant aux arguments d'Imhotep qui a changé non seulement la vie de Djeser, mais celle de ses successeurs et de toute l'Egypte. Imhotep venait de rattraper des années d'errance après le déluge. L'ancienne civilisation-mère transmettait à son enfant son savoir sa foi et son espérance.

Sinon pourquoi avoir construit ces temples immenses et ses tombeaux royaux qui durant des millénaires ont brillé des feux des pierres les plus pures : marbres, onyx, émeraudes... et des métaux les plus précieux dont des murs entiers étaient recouverts d'or fin et des planchers en argent massif éclatant ! ...

Un long voyage aux sources des religions cache encore trop de mystères et trop d'évidences qui rendent perplexes beaucoup de nos savants parce que trop absorbés par les matières qu'ils découvrent, ils se refusent à approcher l'esprit et les motivations spirituelles qui ont amené ces gens à exprimer leur foi dans les pyramides d'Egypte ou celles du Mexique, des Andes ou des temples de l'Inde, de Birmanie, de Thaïlande...

 
Dans l'état actuel des choses, personne ne peut prétendre détenir à lui seul, la vraie religion, Jésus disait : de nombreux prophètes viendront et vous diront Dieu est ici, dieu est là ! ... Comme les arbres vous les reconnaîtrez à leurs fruits, un " bon arbre " porte de bons fruits, les mauvais arbres (portent ) de mauvais fruits.

Et il ajoutait que toute la Loi divine se résume en deux commandements : tu aimeras le Seigneur ton Dieu de toutes forces et de tout ton esprit et " ton prochain comme toi-même " Fais cela et tu vivras (ton âme revivra après ta mort). "

Ainsi même si la BIBLE contient encore quelques imperfections des hommes qui nous l'ont transmise, paradoxalement elle nous étonne en décrivant Elie qui monte au ciel, Ezéchiel qui voyage dans le temps et Jésus qui transfiguré, organise une conférence en pleine nuit sur une haute montagne en présence de Moïse et d'Elie !

Dans le cadre de ces témoignages celui du philosophe Platon, même s'il nous apparaît comme une lumière trouble dans notre nuit, est un repère de l'Histoire qui nous explique simplement que la science est un message évolutif qui se transmet de génération en générations. Même si certains matérialistes s'obstinent à négliger l'aspect essentiel : l'ouverture aux choses spirituelles.

Tous ces témoignages issus de plusieurs religions sont des héritages dont les morceaux doivent être mis bout à bout à la manière d'un immense puzzle. L'assembleur ne doit pas s'attacher aux petits morceaux mais essayer de découvrir l'art et la perfection de celui qui a composé et créé ce tableau pour y distinguer même dans les tons les plus sombres, les effets et les multiples tons de la lumière créatrice de vie.

Dieu est un grand architecte imprévisible et insondable, d'ailleurs n'est-ce pas dans le zéro absolu que l'on conserve intact des corps vivants que l'on arrive plus à soigner ? Alors pourquoi s'étonner si de minuscules germes de vie voyagent dans l'univers sur des morceaux d'étoiles refroidies qui, à leur tour ,vont apporter la vie qui renaîtra dans d'autres mondes prêts à les recevoir ?

L'homme se croit très important mais au fond qui est-il ?

Dieu n'a pas besoin de nous, mais nous, nous avons besoin de son aide, de sa présence, de sa vérité, de son amour, de son réconfort, de sa chaleur, de ses lumières, de son immense savoir.

L'homme, cette petite étincelle dans la grande nuit cosmique, rêve de voyager un jour plus vite que la lumière, c'est-à-dire de partir ou de correspondre avec d'autres terres dans d'autres galaxies ! La science dont on peut faire de multiples usages lui donnera sans doute d'ici quelques siècles ou décennies la possibilité de quitter sa petite planète qui tourne autour de notre unique étoile... Alors à quelle époque reviendra-t-il sur sa planète maternelle ?

Si après s'être purifié de sa soif de possessions temporelles, ce qui restera de notre humanité enfin pacifiée et prête à accepter l'union et la collaboration de tous les peuples, peut-être ce jour-là Dieu lui permettra l'ouverture à de nouveaux horizons pour que les terriens deviennent à leur tour, les véritables messagers de ses oeuvres, de sa gloire et de son éternelle miséricorde.

La sagesse, la science et les réalisations du Grand Imhotep dépassent les connaissances de l'époque et nous incite à croire que si tout n'est pas clair dans la civilisation Atlante qui nous a précédé, tout n'est pas forcément faux... Comme disait Jésus devant la hargne aveugle de ses contemporains :

Toutes les civilisations ont eu leurs périodes sublimes et leurs périodes de doutes où les esprits mauvais ont semblé anéantir tout le travail des gens de foi, mais comme le phénix cet oiseau millénaire qui périodiquement renaissait de ses cendres, l'humanité, un jour, repartira pour (re)construire un monde meilleur !

Une question : quel est le prix à payer pour que nos yeux s'ouvrent à nouveau et que nos coeurs dominant nos passions trouvent dans la raison cet antique esprit d'ouverture plein de bonne volonté qu'ont eu ces grands pharaons et leur peuple il y a maintenant : ... plus de 4500 ans ?

 

Retour page précédente

 

o - o - o - o - o - o - o