Même si nous avons un peu dépassé le cadre du Moyen-Age, nous avons cherché à prouver que la réforme protestante, qui s'est inscrite au début de la période dite de RENAISSANCE n'est en somme que l'aboutissement et la conséquence des excès de pouvoirs civils et de certains princes religieux plus soucieux du pouvoir temporel que de leur mission spirituelle, laissant ou faisant exécuter de pauvres croyants innocents par des foules avides de sang et profondément superstitieuses.

En fait ce n'est pas une réforme qui a eu lieu au début de la Renaissance, mais la réforme de deux Eglises ! La première fut protestante, la seconde catholique (née du Concile de Trente).

Si l'on sait que la religion chrétienne n'était au départ qu'une assemblée de juifs, une secte juive comme diront les romains, tout porte à croire que le Christ, s'il avait choisi de naître au sein d'une famille juive au Moyen-Age, ne serait pas mort seul sur la croix, mais sur le bûcher avec tous ses disciples...

Car Jésus est bien né juif, circoncis et comme tout premier né juif racheté au temple contre deux colombes. Toute sa vie Jésus de Nazareth a respecté l'esprit de la LOI JUIVE et affirmé qu'il n'était pas venu détruire la LOI mais l'accomplir (parfaire son esprit). Mais il y aura toujours des gens qui pensent que leur Dieu n'appartient qu'à eux et qu'il est là uniquement pour servir "leurs intérêts".

A voir comment les francs se sont conduits en Terre Sainte pendant deux siècles, on ne peut pas s'étonner que le ciel ait tranché en accordant aux arabes la garde des lieux saints pour des siècles!

Etonnant également de constater que les premiers disciples de Muhammad (le prophète de l'Islam) à Médine, n'étaient en réalité qu'une petite communauté de juifs qui attendaient: le Messie !

Quant aux fameux conciles baptisés du titre pompeux d'Oecuméniques ils ne furent pour la plupart que des réunions des dirigeants d'une seule Eglise, les autres Eglises n'étant admises qu'à titre d'observateurs et n'ont eu que rarement le droit d'exprimer leurs opinions et à de véritables concessions !

Au fond le véritable but de ces réunions n'était-il pas l'attente de voir " l'autre se convertir " puisque les organisateurs de ces Conciles oecuméniques n'ont jamais eu l'intention de changer quoi que ce soit dans leurs interprétations , dans leurs dogmes ou dans leurs rites !


Même si Luther a pour des raisons de survie, d'auto-protection et de diplomatie délibérément choisi le parti des grands princes allemands qui au départ n'ont vu en lui qu'une forme de contestation contre le pouvoir de Rome, il faut rendre hommage à son courage et à sa ténacité qui a prôné un retour aux sources bibliques pour ouvrir les yeux des responsables de la Foi catholique plus épris de pouvoir que d'argent, de guerres que du Royaume des Cieux...

Il y a fort à parier que sans le courage de Luther, ces deux réformes
auraient probablement attendues quelques siècles avant d'être mise en oeuvre !