La route de l'Amérique était grande ouverte aux conquistadores qui de 150O à 1520 rapatrièrent environ 15 tonnes d'or volées ou extraites par de malheureux indiens transformés en esclaves enchaînés dans les mines aurifères, comme celles de St Domingue découvertes par Diaz Miguel en 1495.

Mais ce qui fit encore plus de ravages parmi les indigènes furent nos maladies infectieuses et nos virus qui décimèrent des populations entières. Il fallut faire venir d'Afrique des milliers de galions remplis d'esclaves noirs, plus forts et mieux immunisés contre nos maladies, mais dont hélas plus de la moitié moururent au fond des cales des navires, attachés presque sans eau et avec très peu de nourriture...

La conquête des îles étant faite, on s'attaqua aux terres et aux montagnes de l'Amérique du Sud qui ruisselèrent du sang de leurs indigènes. Profitant des guerres tribales, des hommes avides et sans scrupules, de vulgaires pilleurs aventuriers se laissèrent guider jusqu'en haut de la Cordillère des Andes avec l'aide d'indiens qui leur était soumis.

Ainsi résonnèrent des noms terribles qui effacèrent en trente années, des siècles de cultures indiennes, des tribus, des cultes millénaires là où il y avait du soleil et de la terre pour tout le monde.

Les statuettes de leurs dieux furent volées, les temples furent démolis pour faire place à des fortins et à de nouvelles villes que l'on construisit avec les ruines des anciennes cités disparues.



 

Sur les vingt cinq millions d'indiens de l'Amérique du SUD, seul 1,5 million d'indigènes survécurent après les 17 premières années qui suivirent la découverte du Nouveau Monde ...