LES PREMIERES CIVILISATIONS HUMAINES :  

 

A quelle période a eu lieu le dernier " Grand déluge ? "

 

La Terre aurait subi plus de vingt périodes de glaciations en alternance avec des périodes de réchauffements. Durant ces longues périodes glaciaires, on sait que l'Europe du Nord et l'Amérique du Nord étaient recouverts de couches de glace pouvant atteindre parfois plus de 2000 mètres d'épaisseur.

Il est donc plus que probable qu'il n'y a pas eu un seul déluge, mais plusieurs déluges d'eau provoqués dans ces périodes dites de réchauffements brusques, succédant à une brusque ère de glaciation. Le commandant Cousteau a ainsi filmé des grottes situées à 60 mètres en dessous du niveau actuel de la mer ? Dans ces grottes on peut aujourd'hui y admirer de magnifiques stalagmites et stalactites qui ont mis des milliers d'années pour se former grâce aux eaux de condensation.

A l'université de Stuttgart-Hohenheim, un professeur allemand s'est penché sur l'étude d'arbres vieux de plus de dix mille ans qu'il a repêché dans les nappes phréatiques d'anciennes gravières du Danube que les courants souterrains ont protégé des moisissures. Par l'étude des cernes contenus dans la coupe transversale de ces arbres, ce professeur a constaté une augmentation du deutérium et du carbone 13 coïncidant avec une élévation de la température de notre atmosphère de + 5 à + 7°C ce qui localise exactement la fin de la dernière ère glaciaire que le Professeur Becker situe en :

en  l'an -8.975  avant Jésus Christ
ou à environ 11.000 années de notre époque

Ce que confirme une autre méthode effectuée par l'opération GREENLAND ICE CORE PROJECT qui fore au Groenland dans une couche de glace dépassant 3100 mètres d'épaisseur afin d'y retirer des carottes-échantillons contenant les flocons de neige tombés depuis -120 000 ans ! Ces flocons de neige analysés au microscope électronique contiennent de minuscules bulles d'air qui nous racontent l'Histoire des températures tombées couche après couche, telles qu'on aurait pu les relever chaque année durant " les périodes des deux dernières glaciations ! "

Des carottes-échantillons de glace ont été envoyées au Professeur Bernard Stauffer de l'Université de Berne en Suisse où l'examen des échantillons au microscope électronique confirme une fonte brutale des neiges vers cette période de -9000 ans due à un brutal réchauffement de notre climat. Même si cette période de réchauffement n'a duré au maximum qu' une vingtaine d'années, cette fonte brutale des glaciers a par effet de serre, dégagé d'énormes condensations qui ont déclenché de véritables pluies diluviennes, provoquant avec la montée des mers et des rivières la mort de nombreuses vies. Comme nous le constatons ces deux méthodes indiquent pratiquement la même date.

Les sédiments des fonds océaniques et les glaces accumulées aux pôles ou au Groenland ont gardé les traces des variations de concentration des isotopes de l'oxygène au cours du temps. Par exemple, la glace formée il y a 10 000 ans permet de connaître la concentration en isotope 18O de l'atmosphère de cette époque. Selon la concentration, on peut donc reconstituer les fluctuations des températures globales au cours du temps sur de longues périodes et définir ainsi les stades isotopiques de l'oxygène.

 

 

Avant 11 000 ans on pouvait traverser la Manche à pieds sur la banquise gelée et rejoindre la France ou la Belgique depuis l'Angleterre. Mais de nombreuses terres côtières habitées en Belgique, Hollande, Allemagne, Danemark, côtes méditerranéennes, Espagne, Italie, Grèce, Turquie, Egypte, Libye, Golfe Persique (avec Mésopotamie), Inde, Pakistan, Chine, Philippines... se sont non seulement retrouvées submergées mais ont en plus subi de plein fouet tous les phénomènes climatiques naturels comme tempêtes, cyclones et raz de marées liées aux phénomènes du grand déluge universel.

Si pendant l'ère glaciaire la plupart des terres de l'Atlantique à l'Oural étaient toutes engourdies sous l'épaisse couche de glace, l'Orient et tout le Bassin méditerranéen n'avaient pas trop souffert du froid et avaient pu récolter normalement sur leurs terres. Cette remontée des eaux n'a pas seulement duré 40 jours et 40 nuits (comme l'a écrit la Genèse qui cite ici un chiffre qui a valeur de symbole chez les israélites,) mais ce temps de moussons s'est étalé sur plusieurs années en noyant et affamant les gens et les animaux de toutes les zones touchées.

Car beaucoup de gens qui s'étaient réfugiés sur des montagnes moururent non pas seulement des eaux, mais surtout de faim, du froid et des maladies provoquées par l'absence de tout soleil. Ce n'est pas en vain que les égyptiens et beaucoup de peuplades de la Terre firent du soleil leur dieu, symbole de la vie. On raconte également qu'avant le déluge le Sahara était une sorte de brousse et de savane africaine mélangée, arrosée par plusieurs fleuves et doté d'un climat tropical où de nombreux fruits poussaient en abondance!

Selon certains savants on pouvait même passer à pied du Nord de l'Afrique directement à l'Espagne par le rocher de Gibraltar soudé à la péninsule ibérique. Mais chose plus importante, certains savants affirment qu'à une période non éloignée, la Méditerranée était une mer partagée au centre en deux bassins par une chaîne de montagnes allant directement de la Sicile à la pointe Nord/Est de la Tunisie.

La Méditerranée se composait donc de deux cuvettes jusqu'à l'écroulement de la chaîne montagneuse et des parties manquantes entre ces deux continents. Que s'est-il réellement passé à cette période : failles, éruptions volcaniques, dislocation de continents ? Toujours est-il que cet isthme s'est subitement effondré dans une faille de la Mer Méditerranée. Peut-être le poids de la masse des océans sur l'écorce terrestre a-t-il suffi pour faire bouger les plaques des continents qui sont directement en contact avec le magma en fusion. Certains parlent même d'un changement de l'axe de rotation de notre planète occasionné par le déplacement des énormes masses de glace qui ont subitement fondues sur les continents terrestres pour aller augmenter le niveau des mers...D'ailleurs le Groenland tire bien sa racine de Grün Land =  le pays vert !

Il n'y aurait donc pas eu une catastrophe, mais plusieurs grands déluges accompagné de plusieurs séismes " même si leurs relations avec le dernier déluge n'apparaît que de manière indirecte ! C'est également ce qu'affirmait le vieux prêtre de Saïs au grec SOLON :

" Vous vous souvenez que d' UN SEUL déluge, alors qu'il y en a eu ... beaucoup ! " Et que penser de la déclaration de l'ignoble envahisseur assyrien Assurbanibal qui avait pillé et détruit la sainte ville de Thèbes en -664 et se vantait de pouvoir comprendre les mots énigmatiques gravés dans les pierres (des temples égyptiens) depuis les temps qui "ont précédé" le déluge (!).

 

Retour au menu principal

 

o - o - o - o - o - o - o